Les parasites du tube digestif du chien

Généralités

Tous les animaux sont porteurs d’une ou plusieurs variétés de vers.

Ces vers ne sont pas forcément visibles. Seule une coprologie peut permettre d’évaluer l’infestation et de caractériser les parasites. Il est important de récolter les selles sur 3 jours consécutifs car l’excrétion parasitaire n’est pas continue.

 

Qui sont-ils ?

Les vers ronds ou nématodes sont les ascaris, les ankylostomes et les trichures (seul parasite exclusif du colon chez le chien). Ils sont le plus souvent invisibles sauf en cas d’infestation massive où l’animal peut en expulser dans ses selles.

Les vers plats ou cestodes ou ténias dont le Dipylidium notamment. Des anneaux en forme de grains de riz sont excrétés dans l’environnement et attestent de la contamination de l’animal.

La giardiose
C’est un protozoaire flagellé. Ce parasite est parfois réfractaire à une vermifugation classique.

La coccidiose
Il s’agit le plus souvent d’Isospora. Il s’agit aussi d’un protozoaire.

 

Quelles sont les sources d’infestation ?

Les autres animaux du foyer ou l’environnement, les puces, le sol, l’eau de boisson, l’alimentation…

 

La prévention. Pourquoi ?

Ces vers sont à l’origine de troubles sérieux chez le chien et certains d’entre eux sont transmissibles à l’homme (on parle alors de zoonose).

Chez le chien, on remarque retards de croissance, alternance de diarrhée et de constipation, alternance de boulimie et d’anorexie, amaigrissement et poil terne, un prurit anal « le chien fait le traîneau ».

Un chiot avec le ventre ballonné doit être vermifugé.

Attention ! Une infestation massive peut nécessiter l’administration de vermifuges et non de vermicides (ce qui est appelé, à tort vermifuge, et ce que l’on utilise presque toujours chez le chien). En effet si l’infestation est massive, la destruction des parasites entraîne un relargage important de toxines dont les conséquences peuvent être importantes. Dans tous les cas consultez votre vétérinaire.

D’autre part, le traitement des parasites internes ne vise pas exclusivement les parasites digestifs, mais aussi beaucoup d’autres parasites et notamment les parasites des voies respiratoires.

L’ingestion d’herbe ne vermifuge pas le chien, contrairement à une idée reçue.

 

Comment ?

Elle passe par l’administration d’un vermifuge au chien mais aussi aux autres animaux du foyer (chats). Il est recommandé aux adultes et enfants qui ont un chien de se vermifuger deux fois par an, en même temps que le chien. Parlez-en à votre médecin.

 

Quand ?

De 15 jours à 2 mois : Tous les 15 jours

De 2 à 6 mois : Tous les mois

Adulte, après l’âge de 6 mois : Au moins 2 fois par an

Femme gestante : Quelques jours avant la saillie, 15 jours avant et après la mise-bas

 

Vers et maladie

Les ascaris (ascaridiose)

Ils sont une cible prioritaire.

Chez les chiens, ils sont la 1ére cause de malnutrition, de rachitisme et de mortalité chez les jeunes. Chez l’adulte, ils provoquent diarrhées, constipation, troubles respiratoires.

Ces maladies sont transmissibles à l’homme, et notamment à l’enfant s’il joue dans des bacs à sable souillés, lieux de promenades, parcs ouverts aux chiens. Les symptômes vont de simples troubles digestifs à des formes plus graves. La larve peut migrer jusqu’à l’œil provoquant une atteinte oculaire.

 

Le Dipylidium (tenia)

Le chien et l’homme se contaminent par ingestion de puces contaminées.

 

Les échinococcoses ou hydatidoses uniloculaires ou multiloculaires

Elles ont dues au développement des larves de cestode.

Le cestode est un parasite du tube digestif du chien ou du renard, difficilement visible. De plus, le chien est asymptomatique.

L’homme est un hôte accidentel, contaminé par ingestion d’aliments souillés par des déjections d’animaux contaminés. Les œufs sont présents dans les selles du chien. Des kystes se développent sur le foie, le poumon le plus souvent.

La prévention est l’administration régulière d’un vermifuge au chien.

 

Dans certaines régions marécageuses (Dombes), on trouve un vers qui parasite l’appareil circulatoire (dirofilaria). La forme larvaire est transmise au chien par piqûre de moustiques. Il existe un traitement spécifique par voie orale.