Le coup de chaleur chez le chien

Le coup de chaleur, c’est quoi ?

C’est un état d’hyperthermie extrême qui survient lorsque l’organisme est soumis à un environnement tellement chaud et/ou humide que ses capacités de dissipation de la chaleur sont dépassées.

Le coup de chaleur chez le chien n’est pas un phénomène rare en période estivale.

 

Deux sortes de coup de chaleur

On distingue

Le coup de chaleur classique survenant pendant les périodes de chaleur estivales, lorsque le degré d’humidité est élevé, surtout en fin de journée.

Il s’agit le plus souvent de confinement dans un espace clos. Le cas le plus typique est celui du chien enfermé dans une voiture (mort possible en moins d’une heure).

Les sujets les plus sensibles sont les individus jeunes, les plus âgés, les chiens de petite race et les chiens brachycéphales.

Les races brachycéphales ont une sténose des narines, une élongation et un épaississement du voile du palais et une macroglossie (langue trop grosse).

Ce sont : bouledogue français, bouledogue anglais, boston terrier, boxer, lhassa apso, pekinois, carlins, ….

 

Le coup de chaleur d’exercice : C’est le cas typique du chien soumis à un exercice physique intense dans un environnement chaud et/ou humide sans un apport convenable d’eau ou sans une période de refroidissement.

Un exercice parfois bref d’une 30aine de minutes ou une simple promenade peut entraîner un coup de chaleur grave chez certains chiens. L’absence de vent augmente le risque.

On le trouve chez les chiens de sport, mais aussi chez ceux qui font un exercice intense sans entraiment particulier. Attention au chien qui court derrière le vélo de son maître !

Chez certains chiens de chasse, on trouve le «Syndrome hyperpyrétique», ils sont incapables de redescendre en température.

 

Facteurs favorisant le coup de chaleur

Hygrométrie élevée

Contrairement à l’homme qui transpire sur tout le corps, le chien ne transpire qu’au niveau des coussinets, mais cela reste accessoire par rapport à l’évaporation lors du halètement (polypnée par la cavité buccale mais aussi voies respiratoires).

Une partie des échanges thermiques se fait également par le sang circulant dans le territoire cutané).

L’évaporation provoquée par le halètement est dépendante de la teneur en eau de l’air.

 

Mauvaise ventilation

Dans les lieux mal ventilés ou surpeuplés

 

Certaines races

Les races brachycéphales sont plus sensibles car leur morphologie rend la polypnée thermique moins efficace.

 

Age

Attention aux chiens âgés qui ont souvent une pathologie respiratoire ou cardiaque pré disposante.

Attention aux chiots. Certaines affections congénitales ne sont pas détectées et peuvent ne pas être symptomatiques avant plusieurs années. Elles sont toutefois parfois graves.

L’âge moyen pour le coup de chaleur est de 3 ans.

 

Pelage de couleur sombre

Ces chiens absorbent davantage d’énergie et sont plus sensibles à la chaleur.

Les pelages épais et/ou denses, les poils longs freinent l’élimination de la chaleur en milieu mal ventilé, tandis qu’en milieu bien ventilé, ils protègent mieux la peau contre les effets directs des rayons du soleil.

 

L’embonpoint

L’obésité est un facteur favorisant car la surcharge graisseuse augmente le pouvoir isolant de la peau. De plus, l’obésité gène considérablement les mouvements respiratoire et donc la fonction respiratoire mais aussi la régulation de la température.

L’obésité et le coté joueur des labradors et golden retriever en font des sujets prédisposés au coup de chaleur.

 

Les affections préexistantes

Affections cardiaque, respiratoire, stress et certains médicaments

 

L’alimentation

La prise de repas augmente la production de chaleur et en période chaude, il est conseillé d’alimenter les chiens en fin de journée.

L’absence d’eau à volonté est aussi un facteur aggravant.

 

L’absence d’acclimatation

Attention aux débuts de la saison chaude ! La durée d’acclimatation à un environnement chaud est de 7 à 10 jours.

 

Comment reconnaître un coup de chaleur chez le chien ?

Les premiers signes du coup de chaleur sont un halètement marqué, associé à une apathie et une asthénie.

L’animal cherche un coin frais, il salive beaucoup, il a une démarche nonchalante, il peut présenter perte de conscience, léthargie et vomissements.

Les symptômes sont

  • Une forte hyperthermie (> 41 degrés)
  • Une déshydratation avec muqueuses congestionnées et sèches, tachycardie, pouls rapide et faible. La mort survient par arrêt cardio-respiratoire.
  • Urines foncées, diarrhée, vomissement.
  • Troubles de la coagulation avec des pétéchies (piqueté hémorragique)
  • Troubles mentaux : le chien est prostré ou convulse.

 

Traitement du coup de chaleur

Il faut abaisser la température corporelle du chien et soutenir ses fonctions vitales.

Il faut immédiatement placer le chien dans un endroit ombragé et opérer les premiers gestes de refroidissement.

Il faut ouvrir les fenêtres pour l’emmener en voiture chez le veto. Plus le temps est court (< 90 minutes) et mieux c’est.

 

Les techniques de refroidissement pour abaisser la température corporelle du chien

  • Asperger l’animal avec de l’eau et créer un courant d’air avec un ventilateur ou une fenêtre ouverte.
  • Masser l’animal pour faciliter la circulation cutanée et la déperdition de chaleur.
  • Frotter ou maintenir appliqués des tampons d’alcool sur les parties glabres du corps : espaces interdigitaux, région axillaire, inguinale ou pavillons des oreilles.
  • Appliquer des pains de glace sur les veines axillaires, inguinales sou jugulaires ainsi que sur la tête de l’animal.
  • Faire une douche tempérée du chien pour abaisser sa température rectale vers 39 degrés. Cette baisse doit être obtenue pendant un temps relativement court (30 à 60 minutes). L’eau ne doit pas être froide car cela engendre une vasoconstriction et donc une diminution des pertes thermiques.
  • Ne pas utiliser les médicaments qui font baisser la température (antipyrétiques tels qu’ aspirine ou paracétamol) sans l’avis de votre vétérinaire : ces médicaments sont très mal tolérés et entraînent d’importants effets secondaires. De plus, ils provoquent une diminution de la perfusion rénale par vasodilatation de l’artériole efférente des glomérules rénaux : sur un animal déshydraté, on risque de provoquer une insuffisance rénale aiguë fatale.

 

Prévention du coup de chaleur

  • Ne pas confiner l’animal dans un endroit mal ventilé et soumis à une température ambiante élevée. Laisser les vitres d’un véhicule ouvertes ou le laisser à l’ombre n’est pas un gage de sécurité.
  • L’animal doit avoir de l’eau fraîche à disposition ainsi qu’un lieu ombragé et aéré.
  • La période après les repas est particulièrement à surveiller.
  • Les séquences d’exercice doivent être réservées aux périodes fraîches (début et fin de journée).
  • Il faut respecter une période d’acclimatation en cas de changement environnemental (7 à 10 jours)
  • Les propriétaires de chien brachycéphale, obèse, jeunes ou vieux doivent être particulièrement vigilants.

 

Source de cet article : Thèse école nationale vétérinaire de Lyon – année 2006- Chevessend-Tah Stephanie “le coup de chaleur chez le chien”